31/12/2010

Réseau pédocriminel Zandvoort: écoute permanente

Prévention de la diffusion de l’information sur le réseau pédocriminel Zandvoort

31 décembre 2010

Marcel Vervloesem, le fondateur de l’asbl Werkgroep Morkhoven qui a exposé le fichier pédopornographique Zandvoort,  vient d’être condamné à une écoute permanente ses communications téléphoniques, une surveillance de son ordinateur, de ses communications par Internet, ainsi que son courrier postal.

Marcel Vervloesem a été remis en liberté le 4 août 2010, suite à une condamnation pour des faits qu’il a été reconnu physiquement incapables d’exécuter. La liberté a été accordée à Marcel Vervloesem sous les conditions suivantes :

  1. Le renouvellement d’une interdiction de contacter la presse qui lui a été imposée en 2006 pour une période de trois ans.
  2. L’interdiction de toute activité de soutien à des associations ou organisations qui luttent contre l’abus d’enfants.
  3. L’interdiction de contacter les membres de l’asbl Werkgroep Morkhoven qui sont ses amis depuis vingt ans, et qui lui ont rendu visite chaque semaine durant les deux ans qu’il était détenu en prison.
  4. L’interdiction de contacter l’acteur Flamand Jo Reymen, qui soutient Marcel mais ne fait pas partie du Werkgroep Morkhoven.

Tout citoyen est supposé être égal devant la loi, avoir le droit à l’information, à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, à la liberté de participer aux associations de son choix et le droit au respect de sa vie privée, selon la Constitution belge, sauf Marcel Vervloesem et les membres de l’association qu’il a fondé.  En d’autres termes,  Marcel jouit de moins de droits que Marc Dutroux, le fameux tueur en série belge qui a mené 300.000 Belges en colère dans les rues.

La condamnation initiale avait été basée sur des calomnies de trois mineurs détenus dans une institution pour vols à main armée, cambriolages et trafic de drogue, qui s’échappaient de ladite institution de temps en temps. L »asbl Werkgroep Morkhoven a été écartée du procès, bien qu’il ait traité du dossier Zandvoort, son dossier. Les autres membres de Morkhoven ne participent à aucune organisation criminelle et leur casier judiciaire est vierge. Ils n’ont fait que défendre et publier des articles sur les faits censurés par la presse belge concernant cet homme, qui fait toujours partie de la direction de l’association. Le président et la vice-présidente de l’asbl Werkgroep Morkhoven ont régulièrement rendu visite à Marcel Vervloesem tout le long de la période de sa détention dans les prisons de Turnhout et Bruges, parfois  deux fois par semaine, ce qui était leur droit.

Sur quelle base la Justice se permet-elle donc d’interdire les contactes entre Marcel Vervloesem et ceux qu’il avait le droit de voir en prison ? Fallait-il le condamner deux fois où fallait-il punir les membres d’une ONG qui ne constituent aucun danger d’une récidive des faits dont il a été accusé. La vérité est que le motif réel de sa condamnation était de taire l’information. La sanction inexplicable et injustifiable, n’a de rapport qu’avec la crainte que Marcel Vervloesem oriente des recherches sur le dossier Zandvoort. Or, l’ONG Morkhoven a été parfaitement capable de faire un travail correct sans lui durant les deux ans de détention. Il n’y a pas de raison que cela change.

Nous n’avons actuellement le droit de voir ou parler à Marcel que quand il sera mort. Nous avons tout juste le droit de lui téléphoner en lui interdisant de nous répondre et de lui dire:  »MARCEL, NOS MEILLEURS VOEUX POUR L’AN 2011, MAIS NE REPOND PAS PARCE QUE TU N’EN AS PAS LE DROIT! »

A quoi sert donc la Constitution belge si même les citoyens belges irréprochables n’ont aucun droit ? Pourquoi la Belgique continue-t-elle à faire référence aux traités européens des Droits de l’Homme, si elle ne les respecte pas ?

Jan Boeykens, président de l’asbl Werkgroep Morkhoven

http://blog.droitfondamental.eu/wordpress/?p=876

 

18/12/2010

Le 'MONSTRE DE RIGA' ET LE RÉSEAU DE ZANDVOORT

pedoHol.jpgSuite à l'affaire de pédophilie d'Amsterdam, des parlementaires néerlandais souhaitent une enquête judiciaire sur les activités de l'association des pédophiles néerlandaise Martijn. 

Les parlementaires reclament une enquête judiciaire sur cette association néerlandaise à cause du fait qu'il existaient des contacts entre elle et le babysitter qui a abusé de dizaines de petits enfants et bébés.

L'association Martijn a un rapport direct avec la fameuse affaire pedopornographique de Zandvoort et aussi avec le dossier Temse-Madeira, ainsi que avec d'autres grandes affaires pédocriminelles, entre autres avec les affaires Coral et Cathédrale en France.

En effet', l'association Martijn figurait parmi les noms qui étaient mentionnés sur une liste contenant de nombreuses personalités et organisations importantes qui avait été saisie lors d'une perquisition au domicile du Belge Norbert de Rijck à Temse. Cette perquisition avait été effectuée par la Gendarmerie de Beveren en Belgique, sur ordre du juge d'instruction de Dendermonde. Dans le proces verbal que les gendarmes ont dressé à l'occasion de cette perquisiton ils rapportaient au juge d'instruction que la liste qu'ils avaient trouvée 'n'etait pas importante'. C'est ainsi qu'une enquête sur cette affaire pédocriminelle fut coupé court.
Mais le Werkgroep Morkhoven a lui ne pas hésité à faire une enquête sur cette liste, et cela lui a permis de mettre au jour l'affaire Temse-Madeira.

Marcel Vervloesem du Wekrgroep Morkhoven a ensuite approfondi encore la piste qu'on avait trouvée, ce qui déboucha finalement sur le démantèlement du réseau Temse-Madeira, qui impliquait des personnes de nationalité belge, hollandaise, protugaise et Anglaise. De nombreuses arrestations s'ensuivirent. Dans les procès qui en découlaient les auteurs des crimes furent condamnés.

C 'est cette enquête-là qui a mené Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven plus tard, en 1998, sur la piste de l'affaire Zandvoort. L'enqueteur et membre du Werkgroep Morkhoven Marcel Vervloesem trouva là encore un lien avec l'association néerlandaise pour pédophiles Martijn. Ainsi, il est par exemple apparu qu'un certain nombre d'images pédopornographiques saisies dans l'affaire Zandvoort, sont identiques à des photos qui avaient paru dans le magazine de cette association. Ensuite, on découvra qu'une partie de ces images pédopornographiques provenait du studio d''un certain J.M. Villaume en France. Cet homme-là était aussi bien lié au scandale pédophile Cathedral qu'avec un grand scandale connexe, connu sous le nom 'Coral'. Les deux affaires ont joué en France. Parmi les clichés photographiques se trouvait ausi la collection de l'Allemand Harry Turné, qui publiait des photos de caractère pedophile sous le nom de 'Pojkart'. Dans les magazines de l'association Martijn étaient aussi publiées des annonces qui avaient un rapport avec une affaire de pédophilie nommé 'Palestra' à Berlaar, en Belgique, où un grand nombres de jeunes avaient été sexuellement abusés. De nombreuses photos provenant de cette affaire avaient aussi été publié dans le magazine de Martijn.

Toutes ces données-là avec les preuves assorties, avaient été à l'époque été mises par Marcel Vervloesem entre les mains de la Brigade Spéciale pour la Recherche de la Gendarmerie de Geel, plus precisemment à l'Adjudant Frans Tops. Mais le Parquet de Turnhout refusait ensuite d'etreprendre quelque action que ce soit par rapport à ce matériel. On utlisa même les photos contre celui qui n'avait fait rien d'autre que les dénicher seulement, c'est à dire en poursuivant Marcel Vervloesem pour 'possession de matériel pedopornographique', afin de pouvoir enterrer l'affaire pédopornographique de Zandvoort.

Le même matériel avait aussi été remis par Vervloesem à la police judiciaire de Paris, qui par la suite envoya sur l'ordre du juge d'instruction Ringot, une commission rogatoire aux Pays-Bas et à la Brigade Speciale de la Gendarmerie de la ville de Geel.

Dans l'affaire Zandvoort il était également question d'images de bébés et de d'enfants en bas age qui étaient violés. Le programme de télévision néerlandais Nova a consacré à l'époque une émission à l'affaire Zandvoort dans laquelle étaient montrées qeulques unes de ces images de petits enfants en train d'être torturés et abusés.

Le matériel avec les preuves sus-mentioné se trouve encore aujourd'hui dans le dossier pénal de Marcel Vervloesem, avec l'excuse qu'il sert à mener une enquête contre Marcel pour 'détention de matériel pédopornographique'.

Après un procès médiatique de 10 ans contre lui, pendant lequel on ne cessait de l'appeler 'un chasseur de'pédophiles auto-déclaré'' et un 'violeur d'enfants', on était allé finalement jusqu'à mettre l'enquêteur de Morkhoven derrière les barreaux. De cette façon on avait réussi à enterrer l'affaire du 'réseau Zandvoort, tandis que les abuseurs d'enfants et les producteurs de pédopornographie pouvaient continuer leur sale besogne en toute tranquilité.

Dès 2006, le Parquet de Turnhout imposa à Marcel Vervloesem l'intrediction de parler avec la presse. Après avoir été torturé pendant deux ans dans les prisons de Turnhout et Bruges, Marcel Vervloesem a été mis en liberté provisoire il y a quelque mois, sous la condition qu'il ne prendrait aucun contact avec la presse ou avec les associations qui enquetent sur et lutte contre les réseaux pedocriminels.
Vervloesem est sous l'interdiction de mener des enquetes désormais, et il n'a pas le droit de quitter le pays pour assister aux congres internationaux et y parler de ces recherches concernant les reseaux internationaux de pedopornographie.
(Il y a quelques années, quelques politiciens avaient déja su empecher que Marcel puisse aller parler de l'affaire Zandvoort au Sénat belge.)

Tout cela est évidemment assez encourageant pour les abuseurs d'enfants qui viennent d'etre arrêtés aux Pays-Bas pour avoir violé des petites enfants et avoir produit et diffusé de la pornographie enfantine.

L'association pour pédophiles Martijn en profitera aussi, puisqu'elle n'a rien à craindre de tout le matériel d'enquête que Marcel avait réuni, comme il a été rangé -avec le consentement tacite du minstre belge de la Justice Stefaan de Clerck- dans les caves des trubunaux belges. Il est même possible que tout ce matériel, comme c'est arrivé avec les CD-ROMS de Zandvoort. ce soit tout simplement volatilisé.

 

18/04/2010

L'affaire Dutroux et... l'affaire Zandvoort

Julie.Melissa


'On parle toujours de l'affaire Dutroux qui a été bien étouffée mais on ne parle jamais de l'affaire Zandvoort avec ses 90.000 victimes que le gouvernement belge étouffe...'


NON LIEU ZANDVOORT/FRANCE [10]:

http://droitfondamental.eu/001-Zandvoort_10_non_lieu_francais____fr.htm

----

Jan Boeykens on Pour ne jamais oublier Julie et Melissa, Anne et Eefje..

http://www.facebook.com/group.php?gid=112731300852

justice belge, gouvernement belge, étouffement, abus sexuels, enfants, dutroux, zandvoort

L'affaire Dutroux et... l'affaire Zandvoort

30/03/2010

L'affaire pédo-criminelle de Zandvoort: l'activiste doit mourir


DeClerck1Bruxelles, 30 Mars 2010

La situation médicale de Marcel Vervloesem de notre association, est à nouveau très mauvaise.

On (le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck et certain de ses services) le veut vraiment tuer et on le prend en otage pour nous faire taire concerne l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort.

Il y a une semaine que Marcel était transféré de la prison de Turnhout à la prison de Hasselt où il vient aujourd'hui avant le tribunal de la peine.

L'emprisonnement de Marcel à la prison est un vrai torture psychologique et physique.  Pendant 50 jours il était enfermé dans une cellule d'isolement ou il n'avait pas de contact. Pendant 591 heures il était enchaîné à son lit, aux appareils médicaux et à la table d'opération.

Pendant les premiers jours de son transfert, il ne nous pouvait pas téléphoner.  Il n'a plus de correspondance parce que tout ses lettres qui arrivent à la prison de Turnhout, sont automatiquement renvoyés, comme nous l'avons constaté il y a quelques semaines.

Le dernier fois, Marcel était obligé de rester pendant un mois à la prison de Hasselt pour passer seulement une heure avant le tribunal.

Il ne voyait pas même un médecin (Marcel a du cancer, est diabète, a des problèmes cardiaques, a des problèmes aux reins, a eu plus de 20 hospitalisations d'urgence et opérations dont 5 ou 6 fois en prison).

Nos messages à Ministre De Clerck et ses services restaient, comme habitude, sans réponse. 'Si ça va à nouveau pire avec sa santé, tant mieux pour nous', on y a pensé.

Lorsque Marcel retourna à la prison de Turnhout, le médecin constatait que les jambes de Marcel étaient de nouveau plein d'eau et qu'il était sur le point d'obtenir une crise de rein.

Dans cette Europe des droits de l'homme (avec Bruxelles comme capitale européenne), tous les possibles violations des droits de l'homme sont possibles.  C'est pour cette raison que la Belgique a obtenue tous les postes clé européens et a un siège dans la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies.

Chez chaque torture psychologique et physique de Marcel, nous redoublons nos publications parce que nous savons que c'est la seule manière de lui sauver la vie. Et même s'il est assassiné par les autorités, comme Gina Bernard-Pardaens il y a quelques années, nous resterons écrire et publier en nous mettrons tout le dossier Zandvoort en publique.

(Marcel travaillait avec Gina Bernard autour la disparition du garçon allemand, Manuel Schadwald. Il y a quelques années que les parents de ce pauvre garçon étaient invités par Stefaan De Clerck qui travaille selon les principes des démocrates-chrétiens)

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven


prev13Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opérations subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerck et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice 'humaine et équitable' et qui se plaint d'un 'surpopulation carcérale' (d'où la location d'une prison aux Pays Bas pour 3.000.000 Euro par an), estime qu'un prisonnier ne peut sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée.
Nous pouvons parler ici de fraude au plus haut niveau...

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.


kaartvzw Werkgroep Morkhoven - le réseau pédocriminel de Zandvoort:

Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Verdwijningen - Disparitions - Missing children

Zoé Genot, cd-roms Zandvoort

Vidéo ‘Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance’
Vervloesem, Mars 1998 
Faits divers, Avril 1998 - réseau Temse/Madeira

Vidéos: ultjecrumpie 1
Vidéos: Ultjecrumpie 2

Signez la pétition 'Free Marcel Vervloesem!'

http://apps.facebook.com/causes/446602/
http://apps.facebook.com/causes/438481/

----

Gevangenis Turnhout
tav Marcel Vervloesem
4e sectie - Cel 78
Wezenstraat 1
2300 Turnhout (Belgique)

Photos:
1) Ministre De Clerck
2) Le Roi des belges qui continue à s'amuser et se ne pose pas des questions concerne la disparition des 7 CD-ROM de l'affaire Zandvoort à la Cour d'Anvers, comme le Conseil Supérieur de la Justice affirmait en 2008.  Le Roi recevait ces CD-ROM du Werkgroep Morkhoven et les laissait transférer par le Ministre de la Justice au procureur-général anversoise, Mme Christine Dekkers...

20/03/2010

Réseaux pédocriminels: Zandvoort

 'Les avis de recherche de la police de Kennemerland présentent deux pages titrées "daders" (délinquants en néerlandais), numérotés de 1 à 17. Nous ne connaissons que l'identité du délinquant n°9, déculotté, sur une photo de catégorie criminelle n°3*, qui a illustré le dossier judiciaire CORAL et un magazine pédopornographique brésilien'... (Princesse Jacqueline de Croÿ)

droitfondamental.eu
Non lieu même quand les victimes, les vendeurs et le acheteurs de pédopornographie sont identifiés...


kaartvzw Werkgroep Morkhoven - le réseau pédocriminel de Zandvoort:

Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Verdwijningen - Disparitions - Missing children

Zoé Genot, cd-roms Zandvoort

Vidéo ‘Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance’
Vervloesem, Mars 1998 
Faits divers, Avril 1998 - réseau Temse/Madeira

Vidéos: ultjecrumpie 1
Vidéos: Ultjecrumpie 2

Signez la pétition 'Free Marcel Vervloesem!'

http://apps.facebook.com/causes/446602/
http://apps.facebook.com/causes/438481/

----

Gevangenis Turnhout
tav Marcel Vervloesem
4e sectie - Cel 78
Wezenstraat 1
2300 Turnhout (Belgium)

11/02/2010

l'Union européenne: la protection des enfants

cd-roms

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'Union européenne (UE) contribue à la protection des enfants au niveau international, sauf dans l'affaire pédocriminelle de Zandvoort...

Convention de La Haye de 1996 – Responsabilité parentale et protection des enfants

Avec la signature et la ratification de la convention de La Haye de 1996 sur la compétence, la loi applicable, la reconnaissance, l'exécution et la coopération en matière de responsabilité parentale et ...