28/01/2011

Mirco Schlitter retrouvé assassiné

abus d'enfants, Mirco Schlitter, retrouvé, assassinéAvant de nous rendre en Lituanie pour y assister à la conférence sur 'La pédophilie dans le monde et en Lituanie', nous avions écrit une lettre à la mère de Mirco. Nous nous demandions comment il se faisait que les associations internationales comme Child Focus, n'avaient pas pris le soin d'alerter le publique en distribuant une affiche sur le cas de cet enfant, qui avait disparu sans laisser de traces en septembre 2010.
Nous avions l'intention de lancer une campagne-internet avec notre association Werkgroep Morkhoven pour essayer de retrouver Mirco.
Mais hier nous avons appris que le corps de Mirco a été retrouvé et que le meurtrier a été arrêté. Après prèsque 5 mois donc...
Nous ressentissons une grande indignation devant la maniere dont certaines associations officielles ont réagi dans cette affaire.
Mais hélas, nous ne reverrons plus Mirco en vie.

Nous lançons un appel à tous pour soutenir la mère et la famille de Mirco, http://www.facebook.com/pages/Mirco-Schlitter-RIP-aus-Gre...

Le site http://www.mirco-kondolenzbuch.de.vu/ semble en ce moment être piraté par un certain 'Deathend'.

27/01/2011

Abus d'enfants

conférence, abus d'enfants, LituanieABUS D'ENFANTS: «La pédophilie dans le monde et en Lituanie»

Le Werkgroep Morkhoven, l'association belge qui a révélé le réseau de pornographie d'enfants de Zandvoort (88.539 victimes), a participé au cours des derniers jours à la Conférence internationale «La pédophilie dans le monde et en Lituanie», organisé par DrasiausKelias.

DrasiausKelias est une organisation qui a été fondée après l'assassinat sur Drasius Kedys dont la fille de 4 ans était agressée sexuellement. 
L' assassinat a été dénoncée comme une «mort naturelle ». Il n'y avait aucune enquête sur l'abus de la jeune fille, bien que la bande vidéo sur laquelle elle a témoigné, parle pour lui-même.

14/01/2011

Les abus d'enfants à Amsterdam

Déclaration.Droitdel'homme.gif

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (article 19) : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

----------

L'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: LES AUTORITES EN SONT LES RESPONSABLES

Les autorités belges ont essayé de reduire l'activiste flamand Marcel Vervloesem au silence et d'étouffer l'affaire de Zandvoort, par le biais des actions suivantes:
1 En amenant un pédocriminel et ses comparses à l'accuser d'avoir commis des actes de pédofilie pendant sa jeunesse.
2 En encourageant la presse (e.a. le groupe Corelio) de le clouer au pilori sans relâche durant plus de dix ans en tant que 'chasseur autodéclaré de pédopornographie', 'abuseur d'enfants' et 'malade mental'.
3 En traffiquant son dossier pénal et en lui imposant en 2006 une interdiction de tout contact avec la presse.
4 En faisant disparaître tous les témoignages à décharge de son dossier, ainsi que les CD-ROMS de l'affaire Zandvoort, un fait qui a été formellement reconnu par le Conseil Superieur pour la Justice.
5 En l'enfermant en prison et en permettant qu'on l'y torture et maltraite de toutes le façons possibles et imaginables pourqu'il meure, ce qui aurait tout à fait pu se produire à l'époque vu l'état déplorable de sa santé qui avait nécessité des opérations chirurgicales lourdes.
6 En le mettant ensuite en liberté sous condition qu'il ne contacte pas la presse, ni aucune organisation s'occupant de la lutte contre l'abus sexuel d'enfants, ni ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven.
7 En faisant publier le 3.12.10 un message dans le Nieuwsblad (appartenant au groupe Corelio) annonçant faussement que Marcel Vervloesem était pas seulement un 'chasseur autodéclaré de pédopornographie', mais qu'il avait aussi été soupçonné d'extortion, et qu'il aurait 'rompu' avec le Werkgroep Morkhoven (tandis que la vérité est qu'il n'a jamais été accusé d'extortion et que c'est la Justice qui lui a imposé l'interdiction de parler en publique et d'entretenir des contacts avec nous).
Malgré tout ça, le gouvernement belge n'a pourtant que très imparfaitement réussi son coup. Il est vrai que par suite de son emprisonnement, des six opérations qu'il a subies et des maltraitements dont il a été l'objet en prison, son coeur ne fonctionne plus qu'à 70% et sa diabete s'est encore empirée, et qu'il est en ce moment sur la liste d'attente pour le traitement de sa maladie des reins- maladie principalement causée par le refus de lui administrer les médicaments dont il avait besoin-, tandis que l'état du cancer pour lequel il a été opéré est aujourd'hui inconnu. Mais, contre toute vraisemblance, Marcel a survécu à tout ça, il est vivant et son coeur reste avec tous ceux qui sont devenus, comme lui, des victimes de l'injustice.
Et la récente affaire pédocriminelle d'Amsterdam a en plus démontré que Marcel avait raison, et que les autorités ont refusé d'intervenir pour prévenir que ces enfants soient abusés, bien que grâce à Marcel ils avaient tout à fait la possibilité de le faire.

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=183357051686307&am...

06/01/2011

ABUS D'ENFANTS: Les autorités belges protègent les criminels

zandvoortfotos.jpgMarcel Vervloesem est l'homme qui révélait le réseau pédocriminel de Zandvoort en Hollande.
Il y a quelques jours que l'avocat de Marcel Vervloesem (qui n'a jamais vraiment bien défendu Marcel Vervloesem), a été invité par ses amis de la Justice belge.
La Justice belge référait à la création du Facebook groupe 'Marcel Vervloesem' qui est lié au gendarme Stan Maillaud (qui nous ne soutenons pas), pour menacer Marcel Vervloesem.
Si il prend de contact avec des associations ou des hommes qui tavaillent autour les abus d'enfants; si il parle avec la presse, il devient immédiatement emprisonné.
Marcel Vervloesem est gravement malade (son coeur fonctionne seulement pour 30% à cause de son maltraitement aux prisons, il était gravement diabète et la situation est devenu pire à cause de son maltraitement aux prisons, il se trouve actuellement sur une liste spéciale pour des patients qui ont des graves problèmes avec leurs reins et on ne sait pas si son cancer est stabilisé).
Mais pour la Justice, l'étouffement du réseau de Zandvoort avec les 90.000 enfants abusés et torturés + la protection de l'industrie du porno d'enfants, viennent au premier plaçe.
Les criminels et ses amis de la Justice, n'ont pas de pitié pour des activistes qui luttent contre les abus d'enfants. Même le droit constitutionnel n'est pas respecté par ce bande de bandits.

Jan Boeykens, Président de l'ASBL Werkgroep Morkhoven

http://droitfondamental.eu/

-------

Image au-dessous:

En 1996 Marcel Vervloesem a été interrogé à la demande du procureur Bourlet (l'affaire Dutroux). 
Dans ce Procès-Verbal on trouve de l'information très importante sur le réseau de porno d'enfants à Amsterdam.
La Justice belge ne faisait rien avec cet information. 
On accusait Marcel Vervloesem de la 'possession de porno d'enfants'. On cachait toute l'information dans le dossier pénale de Marcel Vervloesem qui était poursuivi pendant plus que 10 ans par la presse belge sur la base de fausses déclarations et accusations.
La presse et la Justice belge sont alors responsables pour la tragédie de l'abus sexuel de dizaines d'enfants (2-6 ans) à Amsterdam.

zandvoort_viols_bebe_creche_2.gif

 

 

05/01/2011

Abus d'enfants: L'affaire d'Amsterdam

EdwinRotgans.jpgL'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

 
La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles  Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé  finalement  le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
-  ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la  vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

 

 

31/12/2010

Le Werkgroep Morkhoven trouve que la Justice doit faire son devoir

DeClerck.jpgLE WERKGROEP MORKHOVEN TROUVE QUE LA JUSTICE DOIT FAIRE SON DEVOIR

 

Notre blog Skynet original, 'Justice Etouffoir, où nous avions publié des nombreuses données à propos de la lutte que le Werkgroep Morkhoven mène deja depuis des années contre les réseaux d'abuseurs d'enfants, a été fermé pour nous il y a déjà un an.

Il est depuis impossbile de publier de nouveaux articles sur ce blog, ou d'y poster des commentaires.

Il ne fait pas de doute que le gouvernement belge qui a monté le faux proces contre Marcel Vervloesem, allant pour ce faire jusqu'à faire disparaitre les CD-Roms de l'affaire Zandvoort -un fait qui a été confirmé par le Haut Conseil pour la Justice- doit avoir eu la main dans ce sabotage.

Parmi les CD-Roms disparus figure le CD-Rom que le Werkgroep Morkhoven avait à l'époque transmis au Roi belge. La maison royale belge a fait parvenir alors ce CD-Rom au ministre de la Justice d'alors, Tony van Parijs (du parti Chrétien-Démocrate, CD&V), qui aurait normalement dû le mettre entre les mains des procureurs du Roi pour servir à 'des fins d'enquête'.

-----
Sur la photo: l'actuel ministre de La Justice Stefaan de Clerck(CD&V) qui refuse d'ordonner une enquête sur les CD disparus et qui ignore déjà depuis des années les plaintes de la part du Werkgroep Morkhoven sur l'homme au sujet de qui ont été rédigé une trentaine de P.V. concernant des délits de moeurs commis par lui sur des mineurs. C'était cet homme-là qui organisait à l'époque les fausses plaintes contre l'activiste Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven.

zandvoort_viols_bebe_creche_b.gif